Skip to navigation Skip to the content
Go to top

1994 – 1998 : Les records sont faits pour être battus

1994 (11è) : C’est aussi pour les petits !

Pour cette 11ème édition, c’est la présence de l’école de natation « Les Canetons » qui est à relever. Cette école de natation première enfance, créée par Jacqueline Lambiel, repose sur une méthodologie développé directement par elle suite à ses voyages dans des pays à la mentalité différente tel que Etats-Unis, Canada ou encore Australie.

home_1_00

Pour cette première expérience aux 24 heures de natation, Jacqueline présente une délégation de bébés-nageurs emmenée par sa petite-fille Lisa Fatio qui fut la plus jeune participante de cette édition. Son cousin, Mathieu Wanner, fut lui le plus jeune cette année-là, belles photos de famille en perspective !

24 heures de natation 1994

1995 (-) : Equilibrage…

Pas de 24 heures de natation ouvertes au public en 1995 mais un Gala du Lausanne Natation. Celui-ci ne sera pas reconduit et fera place dès l’an prochain à la douzième édition de cette belle manifestation populaire. Notons que ce « trou » dans l’historique permettra d’équilibrer le compte entre anniversaire et nombre d’édition. En effet, dès à présent, la douzième édition sera synonyme de douze ans de 24 heures de natation… Ce qui nous projette en 2014 pour la 30ème édition et les 30 ans !

1996 (12è) : La chasse aux records !

Les 24 heures de natation sont de retour avec un changement à leur tête. Le fondateur, M Günther Mack, a passé le flambeau à son fils, Olivier Mack, qui relève que cette édition a su « casser l’image du nageur solitaire en donnant une image positive de la natation au niveau de l’hygiène de vie physique et psychique » (Article ci-dessous). Avec 907 participants, la manifestation rempli toujours le bassin de Mon-Repos mais aiguise surtout l’appétit des nageurs les plus endurants. Jugez plutôt :

– Dimanche, petit matin, Amina Mahdad sort de l’eau après 45.2 km, victoire féminine en poche et record en prime ;

– Quelques heures plus tard, Julien Baillod, jeune nageur de 16 ans qui s’était mis en tête de battre le record masculin, alors de 52 km, en termine après 14h d’efforts et 56 km cochés sur ses cartes de comptage, nouveau et toujours actuel record ;

– Dimanche, 14h, fin de cette édition et surprise : Patricia Flury souffle la victoire et le record féminin avec 46.45 km !

24 heures, 8.10.1996

24 heures, 8.10.1996

Cette chasse aux kilomètres, lancée auparavant par les féminines, atteint en 1996 son apothéose : trois records, des distances dignes des plus grandes courses d’athlétisme, des heures d’efforts, et toujours un esprit d’amitié au moment de poser devant le photographe. Ces records vont tenir longtemps, ce qui n’empêchera pas tous ces passionnés de revenir souvent, voir toutes les années, nous rendre visite début octobre, au milieu de la nuit, à la piscine de Mon-Repos.

Tout a baigné dans l’huile pour les 24 heures de natation ; 24 heures, 8.10.1996

1997 (13è) : Mon-Repos, c’est rempli

Avec un record du nombre de participant (1405) datant de 1985, les organisateurs visaient cette fois-ci d’attirer encore plus de monde et de franchir la barre des 1500 personnes. Chiffre non-atteint et un constat : ce record ne sera pas battu tant que les 24 heures de natation se dérouleront à Mon-Repos. La piscine offre 6 couloirs, une longueur de 25m et la manifestation ne dure « que » 24 heures, et c’est plein tout le temps. Il faut même faire la file pour se mettre à l’eau !

On en parle pas encore à l’époque, mais un bassin olympique (50m) couvert à Lausanne permettrait d’y organiser une grande édition avec plus de 1500 participants. Dorénavant, la manifestation fera avec une affluence constante de 1200 personnes environ, et ce pour la plus grande satisfaction des organisateurs.

1998 (14è) : piler, rempiler, nager, re-nager

Piler le record, comme le Rush Team qui s’adjuge la meilleure marque pour un club sportif avec 732.6 km parcourus par 269 athlètes… Rempiler, comme Patricia Flury qui deux ans après son record féminin l’améliore de 250m à 46.7 km, et cela après 17h d’efforts… nager comme les 967 participants, qui ont couverts tous ensemble 2142 km… ou encore re-nager année après année, comme René Curchod, doyen de l’épreuve, qui a bouclé 1400m en deux heures ! Toutes ces performances et bien d’autres encore ont marquées ces 24 heures, mais ce qui reste à la sortie de l’eau, malgré la souffrance des longueurs enchaînées, c’est le sourire :

24 heures, 5.10.1998

24 heures, 5.10.1998

Et si vous vous demandez ce qui se passe dans la tête de ces forçats aquatiques, vivez l’expérience de l’intérieur !

1998.10.05_Objectif_Dépassé

Les nageurs ont ramé toute la journée ; 24 heures, 5.10.1998