Skip to navigation Skip to the content
Go to top

2014 – 2018: Deux artistes sortent du lot !

2014 (30è) : Nouveau record – 60km !

Samedi 4 octobre 2014 dans les traverses de Mon-Repos au moment de lancer cette édition anniversaire, personne n’imaginait que le record détenu depuis 18 ans par Julien Baillod, figure emblématique de cette manifestation, puisse tomber. Pourtant, à 16h00 le samedi, il y avait dans l’eau plusieurs prétendants aux deux tours d’horloges. Toutefois, les rythmes annoncés semblaient trop lents pour leur permettre de s’approcher du record.

La 30ème édition était donc lancée et vibrait le long d’une allée des stands permettant à de nombreux partenaires de se présenter, ainsi qu’au rythme des différentes animations ! L’ambiance était garantie et les lignes d’eau bien remplies au beau milieu de la nuit.

C’est alors au pointage matinal que les organisateurs se sont pincés: bien que frigorifié, un sprinteur français (!) était dans les temps pour améliorer le record, bien soutenu par sa femme qui, entre deux siestes au bord de la piscine, lui remontait le moral et le poussait dans ses retranchements. Finalement, après 21h de nage, Alain Simac-Lejeune touchait le mur pour la 2400ème et dernière fois: 60km, nouveau record, performance exceptionnelle pour une 30ème édition en apothéose !

Top-performers

Alain Simac-Lejeune (rouge) et Rudy Frérotte (jaune) en compagnie de M. Courvoisier, président du LN.

Notons que pour la deuxième année consécutive, un nageur a tenu les deux tours d’horloge dans le bassin de Mon-Repos. C’est Rudy Frérotte qui s’est chargé de cette démonstration de force mentale, bien récompensé par une deuxième place avec 52.650km ! Le bonnet n°77 est désormais également retiré du lot des 24 heures de natation en l’honneur de Rudy Frérotte.

Les 24 heures de natation ont reçu de magnifiques cadeaux d’anniversaire lors de ce week-end avec un record, des performances impressionnantes, de nombreux commentaires positifs et un beau verre de l’amitié le dimanche soir regroupant tous les organisateurs, anciens et présents, de cette trentenaire en forme !

Un sprinter nage 60km en 21 heures ; 24 heures, lundi 6.10.2014

2015 (31è) : Une manifestation… qui n’est pas une compétition !

Après une magnifique édition anniversaire, la piscine de Mon-Repos retrouvait ses habituels habits de lumière début octobre: des centaines de participants, de nombreux bénévoles, des associations cherchant à promouvoir de bonnes causes à travers le sport, et bien évidemment de nombreuses aventures humaines: comme celle de Rudy Frérotte, qui après deux participations, se joint aux bénévoles pour le montage du samedi afin de découvrir l’envers du décor et de partager.

Le programme commençait très fort avec dès 17h00 l’inauguration d’une nouvelle planche de plongeon à 1m, superbe outil de travail pour une section plongeon toujours dynamique et innovante. Le show de plongeon était à nouveau un grand moment, parfois décalé, mais qui scotche les foules !

12001015_487959411383148_7762517936124048781_o

Un plongeur en action durant l’inauguration de la nouvelle planche à 1m.

Côté sportif et chez les Dames, cela était très serré puisque les trois plus longues distances se tiennent en 300m: Rebecca Sommer (20.3km) reçoit le challenge, juste devant, à égalité, Evelin Calco Labbruzzo et Nina Douet (20km). Du côté des Messieurs, Fuat Atik (53.850km), David Duclaux et Cyrille Vincent ont tous les trois nagés 24 heures. Toutefois, un petit incident est venu perturber la cérémonie de remise des prix puisque tous les trois ont du être emmenés en ambulance pour des contrôles de routine suite à des malaises. Heureusement, plus de peur que de mal puisque tous les trois ont rapidement pu quittés l’hôpital et rentrer dans leur foyer.

Le comité d’organisation profite de cette 31ème édition pour rappeler les valeurs et les fondements de cette manifestation, qui n’est pas une compétition extrême, mais un moment de partage et de plaisir pour tout un chacun autour de l’eau. A ce titre, relevons le challenge remporté par l’Ecole Bilingue de Suisse-Romande qui s’engage pour l’enseignement de la natation à l’école et qui a réussi à impliquer de nombreux élèves dans ce projet !

Le record de 60km tombera-t-il dimanche? ; 24 heures, jeudi 1.10.2015

Victoire française aux 24 heures de Lausanne ; 24 heures, lundi 5.10.2015

24 heures de natation: une 31ème édition pleine de coeur ! ; SportAddict, jeudi 8.10.2015

2016 (32è) : Du plaisir en abondance !

Il était important pour le Comité d’organisation de mettre l’accent sur le plaisir cette année et d’encore plus promouvoir l’idée du sport-plaisir et de la natation pour tous, comme vecteur de bien-être et de santé ! La meilleure preuve était par exemple ce groupe de jeunes trentenaires qui venait de décider de faire 1 kilomètre samedi soir: « C’est beaucoup plus sain que de boire des bières! ». Le ton est donné et l’ensemble de week-end se vivra au rythme du plaisir et du bien-être avec notamment des animations totalement inédites, comme le réveil dimanche matin en Qi gong, gymnastique traditionnelle chinoise centrée sur la respirations et des mouvements lents !

Plusieurs jeunes ont pris part à des sessions endiablés de Water-polo

Comme à l’accoutumé, les différentes sections du Lausanne Natation se sont livrées à travers des démonstrations-animations. Mais cette année, le travail avait été particulièrement bien fait avec notamment plusieurs sessions de Water-polo permettant à tous de se défouler autour d’un ballon mais dans l’eau ! Enfin, les sections plongeon et natation synchronisée étaient à l’honneur avec un show combiné. On connaissait déjà le côté artistique de la natation synchronisée et le côté impressionnant du plongeon, alors quand ils ont travaillés en commun d’arrache-pied, également sur la musique, la magie a opéré et le show a bien eu lieu !

Le dimanche soir, tous les participants, les bénévoles et le comité d’organisation étaient heureux de se retrouver autour du verre de l’amitié avec des souvenirs pleins la tête, sans fêter une performance plus que l’autre, mais simplement le partage de toute une population qui a couvert 1826.6 kilomètres dans le bassin de Mon-Repos.

Le plaisir plutôt que les records à Mon-Repos ; 24 heures, lundi 10.10.2016

La semaine en image ; Le Régional, 12-19.10.2016

2016-2017: Nouvelle identité visuelle

En 2017, l’identité visuelle des 24 heures de natation a eu la chance d’être le sujet d’un travail de diplôme d’une apprentie médiamaticienne de dernière année à la Ville de Lausanne, Madame Cora Grand. Son regard neuf et frais a enthousiasmé le comité d’organisation et c’est convaincu que tous les imprimés ont été modifiés et remis au goût du jour ! Encore une preuve de la belle collaboration entre les 24 heures de natation et la Ville de Lausanne, en particulier le Service des Sports.

2017 (33è) : Lausanne découvre Marion !

Pratiquée ainsi, la natation longue-distance est magnifique ! 20h30 d’effort, une aisance dans les lignes surchargées de Mon-Repos, un style efficace tout en glisse, une fraicheur à la sortie de l’eau et toujours le sourire: Marion Joffle s’offre à Lausanne une expérience incroyable en nageant 60 kilomètres et 50 mètres, devenant ainsi la nouvelle tenante du record féminin, tout en battant au passage la meilleure marque masculine ! Et dire que le jeudi encore, elle ignorait l’existence de notre manifestation… Une découverte sur Facebook et le projet prend forme, la jeune nageuse est en route avec sa Maman pour Lausanne où elle veut tenter 14-15 heures dans l’eau. On connaît la suite et voir son sourire lors de la remise des prix est la meilleure publicité pour notre manifestation. Elle aussi a repoussé ses limites mais en restant dans une zone de maitrise de soi et sans se mettre en danger.

Marion Joffle lors d’une pause à l’approche de son incroyable record, soutenue par sa Maman (droite)

Cette performance de Marion fait partie d’un projet beaucoup plus large; elle qui a été diagnostiqué d’une forme spécifique de cancer, mise en évidence dans des travaux à Lausanne (la boucle est bouclée), se bat contre la maladie depuis plusieurs années. Elle est en rémission depuis deux ans et s’est lancée dans la nage en eau-libre et en eau froide. Son but est la traversée de la Manche à l’horizon 2020 !

En relais cette fois-ci, c’est le Club sportif du Comité International Olympique qui a fait une magnifique performance, ayant toujours au moins un nageur dans l’eau durant les 24 heures et couvrant une distance presque trois supérieure à leur objectif initial. Ils ont été happés par la magie de Mon-Repos la nuit, l’entraide entre les nageurs, l’énergie de Marion et également le partage qui pouvait naitre au sein de leur propre groupe dans cet événement pas comme les autres. A noter que ce magnifique travail d’équipe leur a permis de lever des fonds pour un projet en Mauritanie, visant à favoriser l’accès à l’eau potable des populations locales.

Enfin, du côté de l’organisation et par la faute de lampes non-fonctionnelles, il a fallu improviser et organiser un déménagement de tous les pointeurs de l’autre côté du bassin à la tombée de la nuit. Configuration inhabituelle mais résilience de tous ces volontaires pour une nuit magique et finalement une réussite jamais démentie !

Inhabituel: les pointeurs du côté « vestiaires » de la piscine durant la nuit

Des milliers de kilomètres pour la bonne cause à Mon-Repos ; 24 heures, jeudi 28.9.2017

Marion Joffle nage 60 km et veut traverser la Manche ; 24 heures, mardi 3.10.2017

Marion Joffle 60 km en piscine ; L’illustré, mercredi 11.10.2017

Une semaine en images ; Le Régional, 11-18.10.2017

2018 (34ème) : les artistes de Mon-Repos !

Bien qu’ils étaient une dizaine à se préparer sur les coups de 16h00 le samedi, avec des objectifs personnels et variés, mais pour tous la même envie de repousser un peu ses limites personnelles, ils ne seront plus que deux à attirer tous les regards 24 heures plus tard. Deux nageurs; une femme, un homme; deux sourires qui cachent une volonté de fer, la fougue de la jeunesse, la sérénité de l’expérience; deux techniques de nage efficaces et économes, respectueuses des autres également. Et finalement la magie qui opère lorsque les croix s’additionnent sur les cartes !

Quelques nageurs se préparent sur le coup des 16h !

Marion Joffle était de retour à Mon-Repos pour continuer à se développer. On pourrait penser que les derniers kilomètres sont les plus durs, mais parfois ce sont aussi les premières heures… Relancer la machine, trouver son rythme et sa place dans les couloirs, atteindre cet état mental propice à l’exploit, tout cela ne se fait pas automatiquement et uniquement parce que la dernière fois a fonctionné. Marion a dû se battre dans les premières heures pour réussir à rentrer dans son effort. Ensuite, elle a affiché un rythme très régulier et impressionnant, proche de celui du deuxième artiste, ce qui le poussa, lui également, dans ses retranchements.

Julien Baillod est un habitué de l’épreuve, record de 56km établi à l’âge de 16 ans et qui a tenu 18 ans, alors battu en 2014. Bien qu’il revenait chaque année nager quelques longueurs, il s’était promis tôt ou tard de s’attaquer à son record. Parti avec le style et la facilité qu’on lui connait, tout en démontrant un souci des autres « Comme j’étais le plus rapide, j’ai dû faire extrêmement attention aux autres nageurs que j’ai dû dépasser ». Il atteint la marque des 56 km durant la nuit et vise alors le record en place de 60km et 50m. Marque atteinte 8h avant la fin et avec une Marion Joffle déjà à 51km, il ne pouvait pas s’arrêter là. Il continua et chercha un nouvel objectif: la distance du double marathon. Au bout des 24 heures et après un dernier 50m en papillon, il atteignait les 84.4 km !

Julien Baillod, à nouveau recordman des 24 heures, avec 84.4 km

Marion avait entre-temps elle aussi dépassé son précédent record et s’était fixée un nouvel objectif, atteint quelques heures avant la fin. 70km inscrit sur le même diplôme que les milles autres participants, record féminin à la clé et surtout une belle satisfaction personnelle d’avoir dépassé ses objectifs !

Marion Joffle, encore une grosse performance, recordwoman avec 70 km

Comme l’estimait Julien lorsqu’un journaliste le questionna sur la possibilité de viser 100km: « Impossible ! Là, je crois que j’ai donné le maximum », il sera dur de faire mieux, mais là n’est peut-être pas le seul objectif. On peut déjà penser croiser Marion et Julien à Mon-Repos l’an prochain pour le simple plaisir de faire quelques longueurs et de partager autour de la natation. Une édition anniversaire qui se profile à l’horizon et qui marquera certainement à nouveau l’histoire des 24 heures de natation de Lausanne.

Marion Joffle est de retour à Mon-Repos ; 24 heures, jeudi 4.10.2018

Comment Julien Baillod a nagé 84.4 km en 24 heures ; 24 heures, mardi 9.10.2018